Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LIBÉRONS GEORGES IBRAHIM ABDALLAH

Blog du Collectif pour la Libération de Georges Ibrahim Abdallah, communiste révolutionnaire arabe emprisonné en France depuis 1984. Contact : liberonsgeorges@no-log.org Lui écrire : 2388/A221 - CP de Lannemezan - 204 rue des Saligues - BP 70166 - 65307 LANNEMEZAN

Janvier 2016 : 365e mois de détention pour Georges Ibrahim Abdallah.

Publié le 7 Janvier 2016 par Libérons Georges Ibrahim Abdallah in Actualité - Mobilisation

Janvier 2016 : 365e mois de détention pour Georges Ibrahim Abdallah.

Georges Ibrahim Abdallah, combattant communiste révolutionnaire arabe, est emprisonné en France depuis plus de 31 ans pour avoir résisté à l'impérialisme.

Il est libérable depuis 1999 et depuis donc plus de 16 ans, son expulsion vers son pays natal, le Liban, a été refusée par les gouvernements français successifs.

Un mouvement de solidarité pour sa libération s’est construit au fil des années au Liban, en France et dans d’autres pays. Régulièrement relayées sur ce blog, les multiples expressions solidaires le sont aussi, plus complètes encore, sur la page facebook de Free Georges Abdallah.

Cette année encore, comme chaque année, les rendez-vous militants ne manqueront pas pour rappeler le combat de notre camarade et renouveler l'exigence de sa libération (calendrier à venir).

Parmi ceux de l'an passé, la fidélité militante des soutiens bordelais devant l'Utopia tous les premiers mardis de chaque mois :

Janvier 2016 : 365e mois de détention pour Georges Ibrahim Abdallah.

Et de nouveau, ce 5 janvier 2016 :

Janvier 2016 : 365e mois de détention pour Georges Ibrahim Abdallah.

☞ Pour info : un article sur Georges Abdallah dans la revue Palestine 33 n°125. Lire ici.

L'engagement de Georges Abdallah pour la libération de la Palestine, sa solidarité exprimée à tous les mouvements populaires s'inscrivant dans un processus d'émancipation du joug impérialiste, lui valent le soutien de tous ceux qui reconnaissent l'actualité de son combat.

Il est de notre responsabilité collective d'élargir la mobilisation pour sa libération.