Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LIBÉRONS GEORGES IBRAHIM ABDALLAH

Blog du Collectif pour la Libération de Georges Ibrahim Abdallah, communiste révolutionnaire arabe emprisonné en France depuis 1984. Contact : liberonsgeorges@no-log.org Lui écrire : 2388/A221 - CP de Lannemezan - 204 rue des Saligues - BP 70166 - 65307 LANNEMEZAN

Gaza cité martyre - Contribution Ijtihad - Journée de la Terre

Publié le 30 Mars 2008 par Libérons Georges Ibrahim Abdallah in Mars 2008 - Journée de la Terre

Gaza cité martyre, décrétée « entité hostile » par les autorités sionistes, est quotidiennement victime de sanglantes attaques menées par les forces colonialistes sionistes. Ces attaques répétées ont causé dernièrement et ce en quelques jours, depuis le 27 février la mort de plus 125 palestiniens de tous âges.

Outre les assassinats quotidiens s'ajoute un blocus inhumain instauré après la prise du pouvoir par le Hamas en juin dernier. Ce blocus vise à faire plier la volonté du peuple palestinien, et à faire en sorte que celui-ci cesse de résister.


Menant une politique de répression collective comme tous les Etats coloniaux, l'Entité sioniste, afin d'étouffer la résistance populaire, a usé de l'arme de la faim en tentant d'affamer les 1,5 millions de Palestiniens vivants dans la bande de Gaza. Ce blocus concerne également les médicaments, les objets de première nécessité ainsi que les produits sanitaires.



Aujourd'hui, la situation sur le plan humanitaire est si dramatique que des ONG britanniques, dont Amnesty International, ont affirmé que Gaza vivait sa pire crise humanitaire depuis 1967. Ces même ONG qui évoquent la possibilité d'une « implosion humanitaire » à Gaza, affirmaient à la date du 17 janvier que 80% de sa population est dépendante d'une aide alimentaire, soit 1,1 millions d'habitants, et que 40% de la population active est au chômage alors que près de 70 % des cent dix mille employés du secteur privé auraient perdu leur travail. D'après un rapport de la Banque mondiale, 95% de l'activité industrielle ont été stoppés. Et selon le Programme alimentaire mondial (PAM), entre juin et septembre 2007, le nombre de familles gagnant moins de 1,2 dollar par jour est passé de 55% à 70%.

D'après les ONG britanniques, les équipements cruciaux pour la vie des patients des hôpitaux ne peuvent plus fonctionner, faute de pouvoir importer des pièces détachées. De plus, les hôpitaux sont frappés quotidiennement par des coupures de courant de huit à douze heures qui mettent en danger la vie de patients parmi lesquels les nourrissons placés dans des couveuses. Des dizaines de malades gravement atteints sont morts à Gaza sans avoir obtenu le feu vert des autorités militaires sionistes pour aller recevoir un traitement adéquat en Egypte ou Jordanie.

 

Face à ce blocus inhumain, les régimes arabes réactionnaires soumis à l'impérialisme, l'Egypte du Général Moubarak en tête, se font les complices honteux de cette politique d'étouffement de la population gazaouie en fermant leurs frontières.

 

Fidèle à la tradition colonialiste, l'Entité sioniste a recours à la stratégie du diviser pour mieux régner : s'appuyant sur une autorité palestinienne moribonde et impopulaire soutenue par les impérialistes occidentaux, tout a été fait pour briser l'unité du peuple palestinien dans sa résistance à l'occupation coloniale. Les sionistes, et leurs alliés, cherchent à créer un climat de guerre civil à Gaza.

 

L'entité coloniale et les impérialistes occidentaux cherchent à opposer islamistes et nationalistes, « religieux » et « laïcs » alors que face à la barbarie de la répression sioniste, seule l'unité nationale de toutes les composantes de la résistance palestinienne, du Hamas au Fatah en passant par le Djihad Islamique ou le FPLP, peut permettre aux Palestiniens d'organiser leur lutte de manière victorieuse. Cette politique de division a eu pour conséquence les tragiques combats fratricides qui se sont déroulés à Gaza et qui ont porté atteinte à la lutte pour la libération de la Palestine.

Néanmoins, le peuple palestinien que l'on tente de mettre à genoux reste debout et digne. Comme le disait l'intellectuel palestinien Edward Saïd, « l'idée de frapper les Palestiniens de la façon la plus cruelle, de leur rendre la vie intolérable, de les étouffer, de les étrangler pour les amener à se dire qu'ils ne peuvent plus rester là et qu'ils abdiquent n'a donné aucun résultat, la flamme de la résistance est demeurée intacte. »

 

Ijtihad