355px-Palestinian refugees

Chaque année, le 30 mars, depuis 1976, le peuple palestinien, et avec lui le mouvement de solidarité avec ses droits nationaux, commémore une journée de deuil mais aussi de lutte contre la confiscation de sa terre par l’État illégitime d’Israël.

Le 30 mars 1976, les Palestiniens de 48 organisent en Galilée une grève générale pour  protester contre les expropriations de terres dont ils sont les victimes depuis la création de l’Etat d’Israël sur leur pays. Des manifestations se déroulent dans toute la Palestine pour exiger la fin de cette politique de confiscation de terres, de judaïsation et de colonisation menées par les autorités sionistes. L’armée d'occupation tire sur les manifestants :  six morts, des centaines de blessés et autant d’arrestations.

Depuis ce jour, la “Journée de la Terre” est devenue un symbole de la lutte pour la terre en Palestine historique.

En commémorant cette journée du 30 mars 1976, les Palestiniens et leurs soutiens dénoncent la continuité d’une politique de négation des droits du peuple palestinien, et rappellent au monde entier leur attachement à leur terre en Palestine ainsi que leur engagement à poursuivre la lutte pour la libérer et y retourner.

Depuis 1948, après avoir expulsé la majeure partie de la population, l’État d’Israël a mené systématiquement une politique d’expropriation des terres et des biens palestiniens, non seulement de ceux qui ont été expulsés, mais aussi de ceux qui sont encore dans le pays.

Aujourd’hui encore les forces d’occupation israéliennes poursuivent quotidiennement leurs agressions méthodiques contre les Palestiniens et leurs biens.

Cette politique coloniale expansionniste perpétuée en toute impunité par l’État sioniste, est soutenue par les grandes puissances impérialistes occidentales, soucieuses de préserver leurs intérêts économiques et stratégiques dans la région.

C’est pour protéger ces mêmes intérêts, menacés actuellement par de légitimes révoltes populaires arabes, que les impérialistes étatsuniens et leurs alliés, dont la France, n’hésitent pas à utiliser tous les moyens, y compris militaires.

 Georges Ibrahim Abdallah est un combattant révolutionnaire arabe. Il a toujours soutenu la lutte du peuple palestinien, la résistance arabe au Moyen-Orient et le combat anti-impérialiste et antisioniste.

C’est pour cette raison que l’État impérialiste français le maintient en prison depuis 28 ans !

VIVE LA LUTTE DES PEUPLES CONTRE L’IMPÉRIALISME ET LE SIONISME !

PALESTINE VIVRA, PALESTINE VAINCRA !

 

Retour à l'accueil
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés