Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LIBÉRONS GEORGES IBRAHIM ABDALLAH

Blog du Collectif pour la Libération de Georges Ibrahim Abdallah, communiste révolutionnaire arabe emprisonné en France depuis 1984. Contact : liberonsgeorges@no-log.org Lui écrire : 2388/A221 - CP de Lannemezan - 204 rue des Saligues - BP 70166 - 65307 LANNEMEZAN

Georges Labica - Extrait - Meeting Georges Ibrahim Abdallah - 6 Octobre 2006

Publié le 14 Novembre 2006 par CPLGIA in Octobre 2006 - Meeting et journée internationale

EXTRAIT DE LA DECLARATION DE GEORGES LABICA LORS DU MEETING DU 6 OCTOBRE 2006 POUR LA LIBERATION DE GEORGES IBRAHIM ABDALLAH

                            - CANA 2006 -

   Rappelons-leur, faute de pouvoir ici remonter le fil de l’histoire, que nous avons notre part de responsabilité devant ce phénomène qui s’étend bien au-delà du Liban. « Nous, - les communistes, les socialistes, les progressistes, les démocrates, les nationalistes, les laïcs et même les républicains, sous l’effet de l’après Bandoeng, c’est-à-dire de la conjugaison de nos erreurs et de nos échecs, des contre offensives impérialistes et de la mise en place de régimes réactionnaires empressés d’éliminer toute force oppositionnelle dans leurs pays, nous avons été vaincus.

Or, la politique, comme la nature, a horreur du vide.

Et les peuplent savent, le moment venu, puiser dans leurs réservent profondes l’énergie qui leur permettra de tenir debout. Les exemples en sont innombrables ; Au Proche-Orient, l’époque de l’OLP démocratique, laïque, égalitaire entre hommes et femmes, s’est estompée. Nous avons affaire à un véritable projet d’expulsion et d’extermination, en Palestine et au Liban indissociablement (au contraire de ce qu’on affirmait au Quai d’Orsay, dès le début du conflit), et qui peut d’étendre ailleurs, vers la Syrie et l’Iran, en attendant de plus longues distances. Ce projet a fait lever contre lui, une force qui est parvenue à lui tenir tête et même, comme chacun a pu le voir, à le mettre en grande difficulté.

Le Hezbollah, répétons-le, est né dans une des périodes les plus dures de l’histoire contemporaine du Liban, précisément pour en finir avec l’occupation Israélienne. Majoritaire dans le pays, comme le sont les chiites, communauté de loin la moins bien lotie, il est depuis devenu un parti national, comptant ministres et députés, et se substituant à un État défaillant, il anime de multiples réseaux d’entraide et gère des écoles, ainsi que des hôpitaux. Face à l’agression de cet été, il a rallié les chrétiens autour du général Aoun, le Parti communiste (qu’il avait persécuté, dix ans auparavant) et d’autres forces nationalistes.

Il a fait preuve du courage de ses militants et, comme autrefois les Vietnamiens, de sa maîtrise de la guérilla. Il est parvenu, dans un affrontement, pudiquement nommé par les polémologues « asymétrique », à infliger à « la quatrième armée du monde » les coups les plus inattendus : quelques dizaines de chars indestructibles détruits, un avion inaccessible abattu, un navire incoulable coulé, sans compter le feu d’artifice permanent des Katiouchas inlocalisables.

Pour lire la déclaration dans son ensemble, cliquez ici