Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LIBÉRONS GEORGES IBRAHIM ABDALLAH

Blog du Collectif pour la Libération de Georges Ibrahim Abdallah, communiste révolutionnaire arabe emprisonné en France depuis 1984. Contact : liberonsgeorges@no-log.org Lui écrire : 2388/A221 - CP de Lannemezan - 204 rue des Saligues - BP 70166 - 65307 LANNEMEZAN

Extradiction d'Agurtzané Delgado Iriondo

Publié le 29 Juin 2007 par Libérons Georges Ibrahim Abdallah in Euskadi - Pays Basque

Le 2 juillet 2007, la militante basque historique Agurtzané Delgado Iriondo sera extradée de la prison de Bapaume vers les cachots espagnole. 

Agurtzané, née en 1959, a rejoint dés 20 ans le combat pour le pays Basque. Arrêtée elle a été emprisonnée une première fois pendant 4 ans. Libre, elle reprend le combat. Agurtzané après de longues années dans la clandestinité est de nouveau arrêtée à Bayonne le 15 septembre 2000, et condamnée à neuf ans de prison en 2002. Le 2 juillet, sa peine en France étant exécutée, elle ne sera pas libre, mais remise à l’Espagne pour rejoindre une nouvelle prison, car Agurtzané a été condamnée à 18 ans de prison en tant que membre du « commando Madrid ». 

L’Etat espagnol lui attribue, entre autre, la participation à la préparation de l’exécution d’un Banquier (le directeur de la Banque Centrale Ricardo Tejero en 1985). 

 

Nous savons que l’Etat français s’acharne contre les prisonniers en général et plus particulièrement contre les prisonniers politiques. Fin des années 80, les militants d’Action directe ont subit pendant des années l’isolement. Dernièrement, Georges Ibrahim Abdallah, prisonnier politique emprisonné depuis 23 ans, a connu des conditions extrêmement dures lors de son hospitalisation d’urgence. Et nous savons aussi qu’en Espagne les conditions de détention sont parfois assimilables à de la torture et elles sont souvent condamnées comme telles par des organismes internationaux. 

 

Pour preuves quelques extraits d'un rapport sur les prisons de femmes en Espagne vu sur http://prisons.de.femmes.free.fr/espagne.html 

 Conditions de détentions 

« Lors des transferts, les détenues restent menottées et ne disposent pas de toilettes. Les transferts ont souvent lieu dans des fourgons clos et sans aération. » 

 

« Les détenues basques continuent à être maintenues loin de leur région d'origine, la grande majorité étant incarcérée à plus de 300 kilomètres de leur province. » 

 

« Les détenues ont droit à une visite hebdomadaire avec des parents ou ami(e) s, pour une durée de 20 minutes, ou de 40 minutes si la détenue est éloignée de sa famille. Elles sont séparées des visiteuses et visiteurs par une vitre. » 

 

« De 8 à 10 heures de trajet sont parfois nécessaires pour une visite de 40 minutes. » 

 

« Les parloirs hebdomadaires révèlent de nombreuses carences. Ils sont exigus, souvent délabrés et abîmés. Les différents parloirs sont délimités par une simple vitre sans dispositif d'isolation sonore. L'intimité des propos n'est pas préservée. Il faut fréquemment hausser la voix pour communiquer. Seules les visites de la famille proche sont autorisées dans un certain nombre de cas. Les ami(e)s doivent obtenir une autorisation spéciale de la Direction générale des institutions pénitentiaires. »   

 

« Les avocat(e)s n'ont pas toujours la possibilité de s'entretenir en privé avec leurs clientes. Des dispositifs d'écoute existent dans les parloirs réservés aux avocat(e)s »   

 

« Certaines détenues demeurent emprisonnées bien qu'elles aient purgé les trois quarts de leur peine et devraient, par conséquent, être mises en liberté conditionnelle. »

 

  Violences et Tortures 

« Les femmes sont victimes de mauvais traitements, d'humiliations, de mise en isolement et de tortures. » 
« Le Comité des Nations unies contre la torture conclut en mai 1998 que les autorités espagnoles bafouent le droit de toute personne de bénéficier sans délai d'une enquête impartiale lorsque des motifs raisonnables existent de croire qu'un acte de torture a été commis, ou lorsque cette personne déclare avoir été torturée. » 
« Syndrome d'anxiété et de stress post traumatique dus à des tortures infligées pendant sa détention et non déclarées par les autorités. » 
« Attachée au lit par des menottes. Seulement une main lui est parfois libérée pour uriner dans un bassin. Elle subit de constantes provocations de la part d'une fonctionnaire. Lors d'une fouille de cellule, elle est exposée nue dans un couloir, au regard des surveillantes. Elle est replacée à l'isolement et frappée. » 
« Frappée à l'aide d'un annuaire, un sac en plastique lui avait été mis sur la tête et des électrodes lui avaient été appliquées. Elle avait été forcée à se déshabiller entièrement et menacée de viol. » 
« L'isolement de plus de 20 heures sur 24 dure parfois jusqu'à 3 ans. » 
« Elle subit la torture par étouffement, un sac plastique maintenu sur sa tête, et elle s'évanouit au moins 2 fois. Chaque fois, elle est ranimée. Elle est victime d'humiliations sexuelles. » 
« Elle subit de nombreux interrogatoires, au cours desquels elle est frappée pendant des heures sur la tête avec des rouleaux de papiers ou des revues et obligée à faire des flexions jusqu'à épuisement. Elle subit l'étouffement par un sac plastique maintenu sur sa tête. Elle est forcée à se dévêtir et est victime d'attouchements sexuels. » 

Tout cela Agurtzané le sait et elle se prépare à cette nouvelle épreuve. De notre côté nous ne pouvons qu’exprimer notre solidarité à cette combattante qui a tant partagé avec nos camarades Nathalie Ménigon et Joëlle Aubron, à la prison de Bapaume.

Terminons donc en citant Nathalie Ménigon, « Ne lâchons pas ! Liberté et Combat ».

Blog Libérons Georges : http://liberonsgeorges.over-blog.com/ 

 

Voir également sur askapena un article sur la torture en Espagne ARTICLE