Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LIBÉRONS GEORGES IBRAHIM ABDALLAH

Blog du Collectif pour la Libération de Georges Ibrahim Abdallah, communiste révolutionnaire arabe emprisonné en France depuis 1984. Contact : liberonsgeorges@no-log.org Lui écrire : 2388/A221 - CP de Lannemezan - 204 rue des Saligues - BP 70166 - 65307 LANNEMEZAN

Georges Abdallah sequestré par l'État français.

Publié le 17 Mars 2013 par Libérons Georges Ibrahim Abdallah in Actualité - Mobilisation

th-copie-2.jpeg

Georges Abdallah attend toujours, dans sa prison de Lannemezan, la signature de l'arrêté d'expulsion que M. Valls refuse de donner depuis le 21 novembre !

Pour exiger la libération immédiate de Georges Abdallah, détenu dans les prisons françaises depuis 29 ans :

 

Rappel du rendez-vous parisien : 

 mardi 19 mars, à 18h30, place Vendôme, devant le ministère de la justice.

 

 Initiative bordelaise :

2013-6456.jpg   DSC00611--1-.JPG   DSC04908.jpg

cliquer sur les photos pour agrandir

Hier, 16 mars 2013, le président de la République a été "accueilli" à Bordeaux, par le comité de soutien à Georges Ibrahim Abdallah, lors de l'inauguration du pont Jacques Chaban-Delmas. Vidéo.

 Initiative du collectif "Bassin minier" dans le Pas-de-Calais :

afficheabdallahday

cliquer sur l'image pour l'agrandir

Initiative paloise : rassemblement mardi 19 mars à 18h30 devant la Préfecture de Pau. Lire l'appel.

"Au nom de l'État de droit, il faut libérer Georges Ibrahim Abdallah !".

Michelle DEMESSINE, sénatrice du Nord, écrit à Manuel Valls :

Monsieur le Ministre,

Le 10 janvier 2013, la justice a accepté la neuvième demande de mise en liberté de Monsieur Georges Ibrahim Abdallah, assortie d’une expulsion vers le Liban.
Membre du Front populaire de libération de la Palestine durant les années de guerre au Liban, c’est, après 29 années d’emprisonnement, l’un des plus anciens détenus de notre pays alors qu’il est libérable depuis près de 14 ans.
A ce jour, il ne manque que votre signature pour rendre la liberté́ à cet homme.
Au nom des règles élémentaires de la justice et du respect de l’Etat de droit, je vous prie donc, Monsieur le Ministre, de bien vouloir signer les documents lui permettant de retrouver sa liberté.
Je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, à l’assurance de ma haute considération.

Michelle Demessine,
Sénatrice du Nord

jusquobout