Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LIBÉRONS GEORGES IBRAHIM ABDALLAH

Blog du Collectif pour la Libération de Georges Ibrahim Abdallah, communiste révolutionnaire arabe emprisonné en France depuis 1984. Contact : liberonsgeorges@no-log.org Lui écrire : 2388/A221 - CP de Lannemezan - 204 rue des Saligues - BP 70166 - 65307 LANNEMEZAN

Intervention de l' OCML-VP au rassemblement du 04 Décembre pour la libération de Georges Abdallah.

Publié le 8 Décembre 2010 par Libérons Georges Ibrahim Abdallah

affiche drapeau palestine
 
Pour nous Communistes, la solidarité internationale est quelque chose de capital, c'est un de nos devoirs les plus importants.


Au Moyen-Orient, la France est une des puissances impérialistes les plus impliquées historiquement, notamment au Liban. Elle est complice et soutien des sionistes et d'autres relais réactionnaires locaux.


Soutenir Georges Abdallah et les luttes des peuples libanais et palestiniens est importants pour deux raisons.


La première, c'est que c'est le même impérialisme qui sévit ici comme là-bas. Ceux qui le combattent là-bas servent la lutte de classe ici, et la lutte de classe ici sert les luttes anti-impérialistes là-bas.


La seconde, c'est que la lutte pour la libération de Georges Abdallah est également une lutte pour les droits démocratiques. L'arbitraire qui frappe aujourd'hui Georges Abdallah, au delà même des lois que la bourgeoisie a elle-même fixé, risque de nous frapper tous demain, militants révolutionnaires ou simplement progressistes.


Nous devons être conscients que la lutte pour la libération de Georges Abdallah représente un enjeu capitale, vue l'importance politique qu'elle aura au Liban. Notre mouvement peut changer les choses !


Enfin, nous devons être conscients que soutenir Georges Abdallah, c'est aussi soutenir les revendications historiques du mouvement de libération national palestinien, c'est à dire un Etat unique, démocratique, laïque et indépendant sur toute l'étendue de la Palestine historique et le droit au retour des réfugiés.


Je vous remercie."