Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LIBÉRONS GEORGES IBRAHIM ABDALLAH

Blog du Collectif pour la Libération de Georges Ibrahim Abdallah, communiste révolutionnaire arabe emprisonné en France depuis 1984. Contact : liberonsgeorges@no-log.org Lui écrire : 2388/A221 - CP de Lannemezan - 204 rue des Saligues - BP 70166 - 65307 LANNEMEZAN

Procès ADN - Tarbes 2009 - Georges Abdallah - Perpétuité plus 3 mois ...

Publié le 2 Décembre 2009 par Libérons Georges Ibrahim Abdallah in Georges Abdallah - Histoire judiciaire

Le 1er décembre 2009, Georges Abdallah était convoqué à comparaitre au tribunal de Grande Instance de Tarbes « pour avoir, à Lannemezan, le 11 juin 2008 […], refusé de se soumettre à un prélèvement biologique destiné à permettre l'analyse et l'identification de son empreinte génétique. »

 

Le jour dit une cinquantaine de personnes venues de Tarbes, Pau, Toulouse, Auch, Bordeaux, Montpellier, Paris et d’ailleurs sont venus également au palais de justice de Tarbes exprimer leur solidarité à Georges Abdallah. Un dispositif policier conséquent était là pour les accueillir. Après s’être rassemblés devant les marches du Palais et dépliés les banderoles, les soutiens sont entrés dans la salle de grande instance pour assister à ce qui se révèlera vite être une mascarade judiciaire.

 

Après avoir traité deux affaires courantes le tribunal décida d’examiner le dossier « Abdallah » afin de « libérer au plus vite l’escorte » selon les termes de Mme la Juge.

 

Georges Abdallah est arrivé dans le box des prévenus, chaînes aux pieds, escortés par les forces policières. Georges Abdallah avait fait le choix de ne pas être représenté par son avocat.

 

Ce qui suit est le compte-rendu d’un procès à l’image de la justice d’aujourd’hui ; expéditive, répressive, méprisante des droits des prévenus et ignorante de ses propres règles.

 

Dés les premiers mots il est apparu que Mme le Juge ne connaissait pas le dossier de Georges Abdallah, dossier truffé d’erreurs ou d’inconnus. Ainsi lors de la lecture de l’identité de Georges Abdallah il est dit qu’il est né en Algérie alors qu’il est né au Liban. Plusieurs fois Mme la Juge a indiqué à Georges Abdallah qu’il risquait de ne pas avoir de réduction de peines, qui ne peut s’appliquer qu’à des peines à durée fixe, alors que Georges est condamné à perpétuité … Elle a même dit que si Georges « avait accepté de donner son ADN en décembre 2006, il n’en serait pas là … », sous-entendant qu’il aurait obtenu sa libération conditionnelle. A transmettre aux juges « anti-terroristes » qui refusent à Georges Abdallah sa libération en raison de son engagement politique antisioniste et anti-impérialiste.

 

Une des clefs du procès est que Georges Abdallah refuse de donner son ADN notamment parce que celui-ci lui a été prélevé en 2003. La Juge a déclaré que c’était au prévenu d’apporter la preuve de ce précédent prélèvement !

La suite ne fût qu’une mauvaise farce dans laquelle la justice ne laissait pas s’exprimer Georges Abdallah surtout quand celui soulignait avec force les incohérences et les absurdités des propos entendus durant cette audience.

 

La fin de l’audience ne dura que quelques minutes : réquisitoire du procureur demandant entre 3 et 5 mois de prison, délibéré bref des magistrats, condamnation à trois mois de prison et Georges sorti du box pour être renvoyé à la prison de Lannemezan.

 

Les soutiens dans la salle exprimèrent leur réprobation et lancèrent des slogans tels que « Libérez Georges Abdallah ». Ils se réunirent ensuite devant le palais de justice pour une prise de paroles et pour lancer un dernier slogan « Palestine vaincra, libérez Georges Abdallah ! ».

 

Article publié sur http://liberonsgeorges.over-blog.com le 2 décembre 2009-12-02

 

 


_-_-_-

 

En complément à ce compte-rendu, l’article paru ce jour dans le journal La Dépêche.


Lannemezan. Condamné pour avoir refusé un prélèvement d'ADN

Justice. Détenu depuis 25 ans, Georges Ibrahim Abdallah a refusé un prélèvement d'ADN à Lannemezan.

Une quarantaine de personnes soutenait hier Georges Ibrahim Abdallah. Photo Joël Boyé.
Une quarantaine de personnes soutenait hier Georges Ibrahim Abdallah. Photo Joël Boyé.

Georges I. A. ? Barbe et cheveux poivre et sel, il a désormais un faux air de feu l'écrivain Alain Robbe-Grillet, blanchi sous le harnais. Et paraît en tous les cas plus que ses 58 ans, dans le box, comme emprisonné depuis 25 ans et condamné le 26 janvier 1987 à la prison à perpétuité pour « complicité d'assassinats », il continue à purger sa peine à la centrale de Lannemezan…

Mais un homme qui mobilise encore un déploiement impressionnant des forces de l'ordre, face à la quarantaine de personnes venues le soutenir. Et réclamer de nouveau sa libération, ce mardi après-midi, au tribunal de Tarbes, à l'occasion de sa comparution devant le tribunal correctionnel de Tarbes, pour cette audience inhabituelle.

Tribune

Ce qui est reproché à l'ancien chef présumé des Fractions Armées Révolutionnaires Libanaises ? à ce détenu « exemplaire » ainsi que le présentait l'administration pénitentiaire en 2004, alors que la Cour d'appel de Pau avait statué en faveur de sa libération conditionnelle, décision finalement réformée par la juridiction nationale, exigeant le maintien en prison de Georges I. A. ?

« Étant condamné, avoir refusé de vous soumettre en juin 2008, à Lannemezan, à un prélèvement génétique alors que votre condamnation prévoit que vous devez vous y soumettre » lui résume la présidente Élizabeth Gadoullet. Qui enchaîne « comment se fait-il que vous ayez refusé ? » La question qui fâche alors d'emblée Georges I. A. Qui profite de la tribune offerte.

Remerciements

Car « je ne m'attendais pas à ce que vous me convoquiez, depuis plus de 25 ans, pour ce genre de raison. C'est pour ça que j'ai dit à mon avocat (Me Vergès ndlr) de ne pas venir

[…] Il se trouve qu'en 2003, un de vos collègues magistrat m'a accordé la libération conditionnelle. Mais juste après le ministère de la justice a fait appel et le procureur s'est opposé à ma libération en disant tout et son contraire, que j'étais communiste et islamiste donc dangereux ! Il m'a envoyé en 2003 au service concerné pour prendre mes empreintes génétiques. Vous voyez, ce prélèvement, il a déjà été fait » se défend ainsi Georges I. A. Qui poursuit : « Je voudrais vous remercier de m'avoir convoqué. Et je dis aujourd'hui que je regrette énormément de l'avoir fait en 2003, que je n'avais donc aucune raison de le faire en 2008 : mon ADN est déjà dans votre fichier ». Une position que n'accepte pas la présidente. Pour laquelle le procureur ne peut avoir requis ce prélèvement sans bonne raison et a fortiori s'il a déjà été effectué, ainsi que le prétend le prévenu. Et de lui expliquer qu'il peut être aussi justifié aux yeux de la justice, pour une actualisation des données du fait des progrès enregistrés en matière d'empreintes génétiques. « Ce n'est pas un argument de justice » tranche Georges I. A. « En tout cas c'est la loi » rétorque la présidente. Qui lâche à présent « si vous persistez dans ce refus, ce que vous encourez, c'est l'annulation des réductions de peines auxquelles vous avez droit ». Menace qui déclenche une première vague de réprobation dans la salle. Et «propos pas acceptables de la part d'un magistrat car vous êtes censée dire le droit» lance le prévenu. Dont la réplique est également jugée «inacceptable» par la présidente. Qui passe la parole au ministère public. Pour lequel «il faudrait qu'on nous prouve ce prélèvement de 2003» et qui rappelant l'objet de la loi sur le fichier national d'empreintes génétiques, souligne que ce n'est pas le premier refus du prévenu s'étant ainsi exposé aux sanctions pénales: «3 à 5 mois d'emprisonnement» réclamés en l'occurrence à son encontre.Georges  proteste. «Si vous aviez accepté, vous n'en seriez pas là» lui répond la présidente. Qui part délibérer, laissant la salle à son indignation. Et revient. «Ce sera 3 mois d'emprisonnement, voilà». «Scandaleux !» réagissent spontanément le bâtonnier Bertrand et Me Record, présents en spectateurs. «Libérez Georges A.» crie le comité. Avant de sortir, calmement. «On va passer à l'appel des autres causes, j'allais dire aux affaires sérieuses», conclut la présidente.

 

 

 http://www.ladepeche.fr/article/2009/12/02/728093-Lannemezan-Condamne-pour-avoir-refuse-un-prelevement-d-ADN.html